Skip to main content

La Neige Vue de Georgetown

Kenneth R. Weinstein

Washington est une ville qui a du mal à fonctionner lors dune tempête de neige. Au bureau hier, un collègue japonais me demandait pour quelles raisons cette cité, capitale du monde et siège du gouvernement fédéral, était incapable de maitriser ces quelques centimètres des flocons.

Mais même avant la tempête de neige actuelle, la quasi-totalité des grands axes de la ville étaient bloqués, par la neige ou par la glace qui sy était formé.

Je constate que la ville fonctionne mille fois mieux aujourdhui quil y a vingt ans.
John F. Kennedy a eu le meilleur bon mot sur Washington, en la décrivant comme une ville avec le charme du Nord et lefficacité du Sud (« a city with Northern charm and Southern efficiency »), cest-a-dire dépourvue de charme comme defficacité.

Mais Washington sest métamorphosée depuis la fin de la guerre froide. Les ambassades et consulats ont proliférés. La Banque Mondiale et le FMI ont pris de limportance. Jadis influencée par une culture provinciale de lAmerican South, elle est devenue une grande ville, internationale, et davantage raffinée que sous lère Kennedy.

La mondialisation dans toutes ses formes a participé au processus. Lévolution des palettes américaines et washingtoniennes depuis les années 80 a joué un rôle important. Nous ne sommes plus prisonniers ni de la mode ni de la cuisine de sud.

Historiquement, Washington est une municipalité mal gérée. Jusqua 1973 et linstauration du « Home Rule », cest le gouvernement fédéral qui a régi DC. La ville a ensuite souffert de la corruption et lincompétence du maire populiste noir Marion Barry, de 1979 à 1990 et de 1995 à 1999. Emprisonné pour consommation de crack et de cocaïne en 1990, il fut néanmoins réélu en 1994.

Durant les mandats des maires suivants, Anthony Williams et Adrian Fenty, la ville a pris part au processus de renaissance urbaine américaine. Une partie importante de la ville fut restaurée, et en particulier les voisinages quasi abandonnés suite aux émeutes de 1968, survenues dans le sillage de lassassinat de Martin Luther King.

Mais si notre ville est plus internationale et plus vivante quauparavant, elle demeure malgré tout fermée sur elle-même. Cela explique lillusion de chaque élu à la Maison Blanche, convaincu que sa rhétorique et sa personnalité peuvent avoir un impact sur le monde extérieur. Barack Obama vient de se désillusionner.

Related Articles

Hollande the Hawk? An Unlikely Ally Emerges

Kenneth R. Weinstein

Few world leaders in recent years have been subject to the level of derision faced by President François Hollande of France. Even before a Paris tabl...

Continue Reading

Book Review: 'Liberty's Torch' by Elizabeth Mitchell

Melanie Kirkpatrick

Frédéric Auguste Bartholdi first pitched his design for a statue of a woman in a flowing robe with a crown and torch in the 1860s—to the khedive of Eg...

Continue Reading

Farewell to Fouad Ajami, Great Scholar of the Arabs, Truth-Teller, My Mo’allem

Samuel Tadros

A former student remembers the influential scholar and expert in Arab history, who died this week at age 68...

Continue Reading