Skip to main content

L’économie, l’avenir d’Israel et les Palestiniens

Kenneth R. Weinstein

Cest mon premier voyage en Israël depuis trois ans, et je suis particulièrement frappé par la confiance et la vitalité économique du pays.

La menace journalière du terrorisme, qui pesait à chaque heure depuis la deuxième Intifada, est désormais moins importante, grâce à la barrière de séparation et à lefficacité des services de renseignement israéliens en matière de prévention des attentats. Un restaurant dans lequel jai mangé à Jérusalem, où sept personnes avaient été tués en 2003, neffectuait aucun contrôle a lentrée. Mais lamélioration de la sécurité reste relative, le pays étant menacé par les poussées extrémistes à Gaza et en Cisjordanie, ainsi que les projets de bombe iranienne.

Dans un tel contexte, et avec une récession mondiale pour toile de fond, la croissance économique dIsraël, qui devrait atteindre 4 pour cent du PNB en 2010, est frappante. Partout, des nouveaux bâtiments émergent du sol. Des villas de luxe et des autoroutes sont construites. Comment Israël est t-il devenu si riche?

Labandon du socialisme de ses pères fondateurs, et lorientation de léconomie vers une économie de marché bien moins réglé que ses concurrents expliquent ce quasi miracle économique.

De surcroit, Israël est devenu un véritable incubateur pour les hautes technologies, le développement de logiciels, la nanotechnologie et la biotechnologie, comme le soulignent Dan Senor et Saul Singer dans Start-up Nation : The Story of Israels Economic Miracle. Dans ce livre, ils examinent comment un pays comprenant seulement 7,1 millions dhabitants, entouré dennemis et constamment en guerre, dépourvu de ressources naturelles, a pu attirer près de 2 milliards de capital-risque en 2008. Soit autant que le Royaume-Uni et ses 61 millions dhabitants, ou la France et lAllemagne réunies.

Selon Senor et Singer, les raisons expliquant cela sont diverses. Tout dabord, le manque de hiérarchie en Israël, nécessaire afin de répondre rapidement aux changements technologiques, y est pour beaucoup. Les Israéliens disposent également dune capacité à travailler ensemble et sous des pressions énormes, héritée du service militaire.
Leur analyse a reçue un très bon accueil en Israël, au point que le président Israélien Shimon Peres en a fait la base de son discours à la conférence de Herzliya, mardi soir. En citant le rôle des entrepreneurs israéliens et en évoquant limpact de Google et de Microsoft sur léconomie mondiale, Peres a examiné la dynamique de la mondialisation, destinée, il lespère, a transformer non seulement les démocraties, mais également les régimes autoritaires dans le monde arabe et au-delà. Il semble ainsi renouer avec sa conception dun Proche-Orient organisé en marché commun, stimulé par la coopération économique et les technologies de pointe. Son rêve dun « New Middle East » sétait écroulé dans lIntifada, témoignage du refus des dirigeants palestiniens à lidée de coexister paisiblement avec Israël. Mais le Shimon Peres de 2010 nest pas pour autant le rêveur de 1993. La réalité est bien trop inquiétante, comme le montre la partie importante de son discours dédiée a la menace iranienne.

Dans le même temps, lattitude de Salaam Fayyad, le Premier Ministre palestinien, qui sest adressé aux Israéliens à Herzliya, marque une profonde rupture avec celle de Yasser Arafat, et de même Mahmoud Abbas. Docteur en sciences économiques de luniversité du Texas, Fayyad a exprimé son désir de mettre en place les infrastructures nécessaires aux Palestiniens afin quils soient en mesure de gouverner leur propre Etat. Son programme de relance économique semble fonctionner. En 2009, la croissance économique de la Cisjordanie a été de 7 pour cent. Plusieurs facteurs expliquent cela, tel le retour des touristes a Bethlehem, et autres sites importants. La création dun Etat de droit (rule of law) ainsi que la sécurité ont favorisés le bon fonctionnement de léconomie. Ayant moins peur, les Israéliens ont encouragés la circulation dans la région.

Il faut néanmoins garder a lesprit que si la croissance économique constitue un préalable a la paix, elle est loin dêtre suffisante. Afin dachever le rêve lointain dune paix entre Israël et les Palestiniens, il est nécessaire que lextrémisme et lincitation anti-israélienne prennent fin. Lexemple de lArabie Saoudite démontre que des richesses peuvent exister dans un climat dintolérance religieuse.

Le vrai problème est paradoxal. Il sagit créer une souveraineté politique libérale mais forte, ouverte au dialogue et à lidée de coexister avec Israël. Mais dans le même temps, il faut que cette souveraineté puisse contrôler, sinon écraser, lextrémisme qui sévit à lintérieur du territoire palestinien, afin de créer une culture politique et religieuse davantage tolérante. Mais au vu de létat actuel de la culture palestinienne et de lopposition du Hamas, du Hezbollah et du Fatah à Fayyad, le chemin à parcourir est encore long.

Related Articles

Ann Marlowe on the John Batchelor Show

Ann Marlowe

Ann Marlowe discusses the UN's response to the crisis in Libya on "The John Batchelor Show."...

Watch Now

Appeasing Iran

Lee Smith

Last week Israeli prime minister Benjamin Netanyahu went to the U.N. General Assembly and the White House to warn against letting Iran become a nuclea...

Continue Reading

Malala Has Won the Nobel Peace Prize – and It’s about Time

Lela Gilbert

Just about a year ago, the Western world held its collective breath, hoping against hope to hear that the courageous young Pakistani teenager, Malala ...

Continue Reading