Skip to main content

Une division nette à droite a paru cette semaine sur la question de l'avenir de l'Egypte

Kenneth R. Weinstein

Dun côté, quelques grands néoconservateurs, comme Bill Kristol, Elliott Abrams et Robert Kagan ont annoncé une politique claire a légard du Président Mubarak: demande du départ (quasi) immédiat, arrêt de lassistance militaire bilatérale américaine qui soutient larmée, et transition rapide du pouvoir. Cette idée a été reprise politiquement hier par le Sénateur John McCain.

Mais cette politique semble désespérée selon dautres observateurs, comme Charles Krauthammer. Malgré des instincts démocratiques, Krauthammer a peur que la foule au Caire ne soit pas si démocratique que lon pourrait lespérer.

Krauthammer me semble avoir raison. Comme la indiqué mon collègue John Walters: la création des régimes démocratiques et libéraux implique un effort énorme: renforcement des institutions de la société civile, et aussi imposition de la loi civile au dessus de la loi religieuse, qui, comme on la vu en Irak, et historiquement en Europe, peut être très violent. En bref, pour créer une société quasi-libérale, comme nous lavons vu en occident, il faut recourir à des moyens non-libéraux.

On assiste donc à un réexamen de la politique de promotion de la démocratie de George Bush. Ce qui semble clair maintenant cest que labandon de cette politique au deuxième mandat de G.W. Bush et la répression des mouvements libéraux sous des régimes comme en Egypte et en Tunisie a fait du tort à lavenir de lEgypte.

Related Articles

Why the Saudis Despised Jamal Khashoggi

Michael Doran & Tony Badran

Khashoggi was not merely a pen for hire...

Continue Reading

Don't Ditch Riyadh in a Fit of Righteousness

Walter Russell Mead

Khashoggi’s murder must be condemned. But Saudi Arabia still serves U.S. interests...

Continue Reading